Search

Portail fransaskois

23 septembre 2018

Accueil - AJEFS

Nouvelles

Droits constitutionnels : les francophones doivent-ils envier les Autochtones ?

Anne Lévesque, avocate

Anne Lévesque, avocate

L’avocate Anne Lévesque a défendu des causes en matière d’égalité pour les Premières nations et pour les minorités francophones.
Photo : Gracieuseté
Les communautés francophones espèrent que le gouvernement fédéral  bonifiera le prochain plan d’action pour les langues officielles, attendu en mars. En matière d’accès à la justice, elles exigent d’Ottawa « un énoncé de politique » qui affirme ses objectifs. Comment cette demande se compare-t-elle à l’approche des Autochtones pour obtenir le respect de leurs droits constitutionnels ?

Réagissant à l’acquittement du fermier saskatchewannais, Stanley Gerard, accusé d’avoir tué un jeune autochtone, Justin Trudeau a promis des solutions aux Premières Nations, dans un discours aux Communes, le 14 février. Le premier ministre a lancé une initiative visant l’abrogation de la Loi sur les Indiens et la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur le droit des peuples autochtones. Le fédéral voudrait ainsi éviter le fardeau de longs et couteux recours aux tribunaux.

Faut-il envier cette promesse faite aux Premières Nations quand on pense à la centaine de causes en éducation française depuis 1982 et aux 15 années de stagnation de la stratégie nationale d’accès à la justice en français ?

« Ce n’est pas la première fois que le gouvernement fait des annonces vides de sens »,  indique l’avocate albertaine Anne Lévesque. « Les partenaires autochtones avec qui je parle trouvent que c’était juste une annonce : il n’y a pas de financement ni d’engagement concret. Les attentes sont en fait très basses.

« D’avoir une annonce comme ça qui s’appliquerait à la justice en français, ça ne serait pas du tout prometteur, » explique l’Albertaine basée à Ottawa. « Sans plan d’action concret avec du financement, je me méfierais énormément. »

Une 5e ordonnance de non-conformité contre Ottawa

Anne Lévesque reconnaît qu’il existe une perception de changement relativement aux droits des Premières Nations. Mais pour illustrer l’approche courante d’Ottawa, elle rappelle sa participation depuis des années à une cause pancanadienne sur la discrimination systémique à l’endroit de 163 000 enfants autochtones.

« On a eu une décision contraignable du Tribunal canadien des droits de la personne qui forçait le gouvernement à financer de façon équitable. Le gouvernement a dit qu’il acceptait la décision et n’a pas contesté. Mais il a continué à discriminer et on est toujours devant les tribunaux. » Dans cette affaire, le Tribunal a émis, le 1er février, une 5e ordonnance de non-conformité.

Selon elle, les gouvernements fédéraux successifs se sont tous engagés à modifier la relation avec les Autochtones, mais rien n’a changé dans les réserves. « On voit encore des problèmes de qualité de l’eau qui posent un risque à la santé, on continue à se suicider parce qu’on n’a pas d’accès à des services de santé mentale. »

Anne Lévesque souligne le contraste dans la relation fédérale avec les francophones et les Premières Nations. « Avec les Autochtones, on a des engagements, mais pas d’action, ce qui n’est pas du tout souhaitable. Les francophones hors Québec semblent moins un enjeu prioritaire pour le gouvernement, il n’y a pas d’engagement concret et c’est inquiétant. »

L’avocate ne croit toutefois pas qu’il faut se mobiliser pour obtenir une annonce comme celle des Communes la semaine dernière. « Ce qu’il nous faut, c’est la feuille de route fédérale. On a un plan, on sait exactement ce qu’on veut. On a juste besoin de financement et d’une annonce maintenant. »

Imprimer
1771 Noter cet article:
Pas de note

Actualité juridique (l'Eau vive)

Programme de contestation judiciaire: le personnel est en place Programme de contestation judiciaire: le personnel est en place

Programme de contestation judiciaire: le personnel est en place

Geneviève Boudreau à la direction

0 413

Le nouveau Programme national de contestation judiciaire est en place, exception faite des comités d’experts qui établiront les critères de sélection des causes et le processus de financement.

Le juge Chicoine accorde la présidence de l'ACF à Denis Simard Le juge Chicoine accorde la présidence de l'ACF à Denis Simard

Le juge Chicoine accorde la présidence de l'ACF à Denis Simard

Coup de théâtre juridique pour l'Assemblée communautaire fransaskoise

0 1133

Le juge Chicoine de la Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan a rendu son verdict. Denis Simard est proclamé président de l' Assemblée communautaire fransaskoise.

Un verdict qui fait réagir partout au pays Un verdict qui fait réagir partout au pays

Un verdict qui fait réagir partout au pays

Gérald Stanley a été acquitté du meurtre au second degré de Colten Boushie par les douze membres du jury, le 9 février dernier, à la Cour du Banc...
0 1793
Le vélo Le vélo

Le vélo

L'utilisation du vélo est autant réglementé que l'utilisation de l'automobile.  

0 4192

Les tribunaux pour morceler le Protocole des langues officielles dans l’enseignement?

Trois organismes ont réclamé mi-septembre la modernisation des ententes nationales en éducation qui lient le fédéral et les provinces. Ils demandent la création d’un protocole additionnel tripartite pour la gestion des fonds fédéraux destinés à l’enseignement en français, langue maternelle. 

RSS
1234

 

Centre Info-Justice de la Saskatchewan

Agenda de l'AJEFS

«septembre 2018»
lun.mar.mer.jeu.ven.sam.dim.
272829
2018-08-29 17:00
772546

Webconférence : Vivre en français en Saskatchewan

La webconférence Vivre en français en Saskatchewan fait partie d'une série de webconférences mensuelles organisées par le IRCC-Paris et la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) en partenariat avec les Réseaux en immigration francophone (RIF). 

Quand : Mercredi 29 août à 17 h

Où : En ligne

Pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

Voir les détails
303112
3456789
101112131415
2018-09-15
757187

Date limite pour les demandes d'aide au PAMA: 15 septembre 2018

La prochaine date de tombée pour les demandes au PAMA est le 15 septembre 2018. 

Les projets déposés à ce concours devront se dérouler avant la fin mars 2019.

Lien pour le formulaire https://form.jotform.com/52445292921254

 

Voir les détails
16
17181920212223
2018-09-23 10:00
772634

AGA de l'Association des juristes (AJEFS) et ateliers de terminologie juridique

Quand : Dimanche 23 septembre 2018 - AGA à 10 h et ateliers de terminologie juridique de 13 h 30 à 16 h 30

Où : Salle de conférence de la Fédération des francophones de Saskatoon, 215-308 4e Avenue Nord, Saskatoon

Inscrivez-vous avant le 20 septembre: adajefs@saskinfojustice.ca / 306-924-8543 

Voir les détails
2425262728
2018-09-28
769266

Nouvelle date limite pour les mises en candidature pour la Fransasque: 28 septembre

Le Gala de la Fransasque vise à célébrer les gens et les projets qui ont contribué au développement de la francophonie en Saskatchewan en 2017 et 2018.

Date limite pour soumettre une candidature : 21 septembre

Formulaire de mise en candidature

Voir les détails
2930
1234567

À venir Exportation iCalendar

L'AJEFS sur Facebook

L'AJEFS sur Twitter

Contact

Association des juristes d'expression française de la Saskatchewan
1440, 9e Avenue Nord, bureau 219
Regina, Saskatchewan  S4R 8B1
Téléphone : 306 924-8543  |  1 855-924-8543
Télécopieur : 306 781-7916 
Courriel : dg.ajefs@gmail.com
http://saskinfojustice.ca/http://saskinfojustice.ca/

Copyright 2018 Coopérative des publications fransaskoises Conditions d'utilisation Déclaration de confidentialité
Back To Top